Au lieu de s'occuper de toute la population, comme l'étymologie du mot le signifie, la politique est devenue l'art d'avoir le pouvoir, permettant les arrangements entre amis.

Le terme vient du grec polis qui veut dire la cité, dans l'idée d'un mieux vivre ensemble. La politique n'est donc pas une finalité mais un outil au service des citoyens. Le suffixe ique indique dans quoi on s'inscrit. Le polis grec vient du sanscrit pur qui signifie la population rassemblée. Le citoyen, que l'économie est censée servir, sert désormais le pouvoir.

Au lieu de permettre l'organisation du partage pour que chaque citoyen de la maison France ou d'ailleurs puisse donner sens à sa vie en fonction de ses talents et de son cursus, l'économie est devenu l'art de s'organiser en réseaux d'influence afin de renforcer son propre pouvoir. C'est le contraire de son sens (étymologique).

L'économie est quelque chose de simple. La première mission des députés est d'organiser le recyclage d'argent de façon à ce que la sûreté, la sécurité et le bien-être en général soient les meilleurs possibles et garantis à chaque citoyen, sans discrimination.

Pour finir, les candidats députés prosélytes de l'Inoppression Active seront tirés au sort. Comme ça, pas de professionnalisme égocentrique pour ce qui doit être un service pour le citoyen. Tout comme la culture individuelle et l'absence d'études sanctionnées par  des diplômes ne sauraient être un obstacle, les moyens financiers individuels  ne sauraient non plus être un obstacle à la députation. Il ne sert a rien de partir en révolution sans proposer  au préalable une formalité économique convenable. Faute de faire de l'économie, l'Etat est contraint de faire des économies. Sa gestion financière se traduit par une limitation de l'Offre à la fois pour les entreprises et pour tous les désargentés.

http://www.critiqueduliberalisme.com/IMG/pdf/0307_L_ARGENT_-_FONDAMENTAUX_concernant_sa_circulation.pdf